Voler le travail des autres, leurs rêves et sueurs  n’est pas nouveau en Tunisie. Une pratique qui s’est accentuée depuis la Révolution ! Et il est vraiment malheureux et désolant de voir une telle pratique perpétuée par certain membre du gouvernement tunisien, le cas du ministre de l’éducation Néji Jalloul.

Ce dernier, sans scrupules, s’est approprié les efforts et le travail acharnés des membres de l’association  Maram Solidarity qui ont œuvré d’arrache-pied pour améliorer les conditions de séjour des enfants malades dans les hôpitaux. D’une simple initiative pour acheter des jouets, l’opération s’est transformée en un vaste chantier de rénovation du service pédiatrique de l’hôpital Salah Azaiz. Grâce à la générosité de plusieurs donateurs, l’association  Maram Solidarity  a réussi à entreprendre des travaux de peinture, d’électricité et de sanitaire et à changer toute la literie. Une institutrice, pour rendre visite aux enfants malades de l’hôpital, a été engagée pour entretenir leurs scolarités pendant leurs séjours…

Un engagement de cœur au goût de joie et de bonheur  a été envahi de dégoût, d’amertume et de trahison suite à la  visite de Néji Jalloul, le 15 septembre 2016 à l’occasion de la rentrée scolaire, le pavillon des enfants à l’hôpital Salah Azaiz et sa déclaration en s’appropriant l’initiative et le travail de l’association Maram Solidarity.

Manel Gharbi, la présidente de l’association a expliqué  à travers son compte Facebook que « le projet de l’école Aubergines à l’hôpital était notre idée et c’est pour cette raison  on avait préparé la salle de jeux et les équipements. Nous avons conclu un accord verbal avec le Directeur de l’hôpital  pour le projet de Maram for Education …mais après notre réclamation sur la dégradation de l’état du service de pédiatrie, l’été dernier, c’est devenu une affaire personnelle, tout simplement ».

M.B.S

Articles similaires