Un budget global de près de trois millions deux cent mille dinars a été réservé à cette vieille dame des JCC.  Prévue du 28 octobre au 5 novembre prochain, cette édition a été une belle occasion pour que la contribution de l’Etat s’élève à deux millions quatre cent mille dinars. Un précieux soutien du ministère des Affaires Culturelles et du Centre national de l’image et du cinéma (CNCI).

Le fameux festival prévoit une programmation spéciale  et spécial anniversaire  sera fêté dans 14 régions.  Des projections dans des salles à ciel ouvert seront aménagées.  Soixante-huit films documentaires et fictions, seront  au menu de ce  cinquantenaire.

La compétition officielle réunira une sélection de 18 longs-métrages dont quatre films tunisiens en plus de dix-neuf films dont trois tunisiens dans la section des courts-métrages. Seront représentés également des films documentaires et de fiction de pays arabes et africains comme l’Algérie, Le Maroc, la Syrie, l’Iraq, l’Egypte, la Palestine, la Jordanie, le Qatar, le Madagascar, le Bahreïn, le Liban, l’Arabie Saoudite, le Rwanda, le Tchad, le Sénégal, le Burkina Faso, l’Afrique du Sud, le Cameroun, l’Ethiopie, le Soudan, le Mozambique et l’Ouganda.

La section des longs-métrages, aura un jury international présidé par le mauritanien Abderrahmane Sissako.

Dix-huit films on été retenus dans la section « Carthage Ciné-promesse » des co-productions de Tunisie, d’Egypte, de Syrie, de Mauritanie, du Liban du Nigeria, du Togo, du Sénégal mais aussi d’Italie, de France, de Belgique, de la Suisse, d’Allemagne, d’Espagne, du Portugal, de Serbie, des Etats-Unis d’Amérique, du Venzuela et de l’Inde.

Un seul jury choisira les meilleurs films parmi ceux qui figurent dans les sections des courts-métrages et celle de « Carthage ciné promesse ».

La section « Première Œuvre  » baptisée « Prix Tahar Cheriaa  » regroupera une sélection de treize films dont deux tunisiens. Un jury première sera présidé par le tunisien Sofian Al Fani et composé du Libanais Paul Baboudjian, la Marocaine Farida Belyazid et les Français Michel Faucon et Mirelle Fanon Mendes France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.