Par Lakhdar Souid

Assister à la soutenance d’un certificat ou d’un diplôme universitaire, dans des conditions ordinaires, c’est courant, banal et coutumier, mais ce qui ne l’est pas, c’est lorsque cet événement se déroule, au cœur d’une prison tunisienne, avec tous les aléas et les contraintes de l’isolement, de la détention et de la privation de liberté.

Aujourd’hui, nous avons été témoin à la prison civile de Gafsa, d’un exemple percutant et significatif, à plus d’un titre.. Il s’agit de l’illustration du triomphe de la volonté et de l’ambition, d’un jeune détenu : Mohamed Abid Belgacem, natif de Sidi Aich  25 âgé de 25 ans.

Condamné à 5 ans de prison ferme dans une  affaire de falsification, et contrefaçon de faux billets de banque. Il a déjà purgé 3 ans qu’il a intelligemment exploitées et fructueusement utilisées à poursuivre à distances, les études de langue Allemande, qu’il a du rompre, sous une impitoyable force majeure : la prison. Le sujet choisi, pour cette épreuve a pour titre.  » L’Allemagne après la deuxième guerre mondiale ».

18426017_851298805020074_1879352879_n

Devant un jury tout yeux, tout oreilles et bien attentif, le candidat a fait preuve de maîtrise solide et de connaissance approfondie, tant de son savoir linguistique étalé que de son éloquence persuasive et pertinente en langue de Goethe. A l’issue des délibérations, le jury lui accorda l’honorable mention très bien C’était un spectacle émouvant et riche en sentiments fort, les youyous des membres de la famille présents, les accolades avec ses gentils gardiens, qui l’ont beaucoup aidé dans son périple des préparations et des révisions, un flot de larmes de bonheur et de joie, sillonna la joue de la plupart des personnes présentes.

18387182_851298811686740_757533918_n

Moralité : Lorsque l’ambition, la ténacité et la volonté de l’homme s’accrochent fermement à un objectif vivement ciblé, les murs de la réclusion se brisent et se désagrègent, les frontières de l’impossible sont facilement repoussées et bousculés. La lumière et l’espoir du savoir jaillissent des profondeurs des maisons d’arrêt, par dessus leurs hautes murailles, à travers leurs grilles et leurs portes les plus hermétiquement verrouillées. Aujourd’hui, l’heureux lauréat a admirablement réussi à lever le défi, en repêchant au vol et à l’arrachée son avenir sévèrement menacé de dérapage et de perdition. En attendant un élan de mansuétude et de pardon; une considération de clémence et de grâce de la part du président de la république et des autorités judiciaires. Nous formulons à notre tour notre reconnaissance et notre gratitude aux autorités pénitentiaires de Gafsa, qui se sont pliés en quatre, par acquit de conscience, un excès de zèle et une forte vague d’humanisme, pour faire de cet événement une fête conviviale et valorisante. Enfin, merci à tous les acteurs de cette mise en valeur de l’être, dans un écrin d’amour et de tolérance.

L.S