Mais où étaient les hommes et femmes de la véritable culture vendredi 20 octobre 2017 lors de la visite du chef du gouvernement à la cité de la culture ? Des artistes et pas d’autres entre comédiens et chanteurs ont été conviés en compagnie du ministre des affaires culturelles et le ministre de l’ Equipement pour célébrer le projet culturel du siècle. Tout aurait baigné dans l’huile si un hic n’aurait pas été ressenti. En effet un effet vexatoire a été noté chez plusieurs artistes de grosses pointures qui se sont posé une grande question : Pourquoi ont-ils été écartés ? Qui a formulé la liste d’invités ? Est-ce les autorités de tutelle ? Le cabinet du ministre des affaires culturelles, celui du chef du gouvernement ? Est-ce’ une liste de dernière minute comme il nous a été répondu et qu’au début seul les médias étaient invités?. Jusqu’à quand resterons-nous dans « le flou artistique » de mauvais goût? Décidément, l’organisation d’un événement en Tunisie fera t-il toujours défaut ? Eviter ce genre de réflexion « Est-ce voulu ? Est ce un oubli ? Est-ce bâclé ? Et là c’est encore plus grave. Où étaient nos artistes qui ont brillé par leur absence tels Raja Farhat, Tawfik Jbali, Raouf Ben Amor, Zeineb Farhat, Leila Toubel, Leila Hjaiej, Nabiha Karouli, Aicha Gorgi, El Garfi…. D’accord on ne peut inviter tout le monde…. Si cela est le cas, le moindre mal c’est de n’inviter tout simplement aucun artiste pour éviter les sensibilités. Pourquoi ne pas organiser d’une manière claire et totale ou bien ne rien faire du tout pour zéro dégât si on n’est pas capable d’être professionnel. Jusqu’à quand les erreurs voulues ou non voulues domineront dans notre pays ?
Une solution pourtant simple évitera sans doute la confusion dans le futur. Il s’agit tout simplement de publier un communiqué qui précise que faute de ne pouvoir inviter les artistes qui ont tant de donné à leurs pays et qui donnent encore pour le rayonnent culturel national seront invités en priorité aux premières loges de la plus grande cité culturelle en Tunisie lors de son inauguration en mars 2018.
Nadia Ayadi

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.