Le tapis rouge a éclaté de mille feux dans la capitale tunisienne pour cette ouverture sobre, fine, élégante et brillante des JCC version 2017.
Le coup d’envoi de la cérémonie d’ouverture de la rencontre cinématographique la plus emblématique en Tunisie a été lancée dans sa 28ème édition en cette soirée du 4 novembre. L’événement est enfin arrivé précédé du fameux tapis rouge et où se sont succédé plusieurs grands visages stars du cinéma tunisien, arabe et africain.

Ils ont tous monté les marches feutrées sans que personne ne trébuche cette fois ci. Il faut dire que deux délicates hôtesses prévoyantes orientaient les invités pour qu’il n’y est aucun incident …
Robes splendides, joie des retrouvailles, embrassades et poignées de mains, animation au top, discours inspirés… vient ensuite l’officiel de l’ouverture qui a été donné par le ministre des affaires culturelles devant les artistes, ministres, ambassadeurs, médias…

Les cinéphiles et le public seront bien servis avec 60 projections par jour, 180 films du monde, 19 premières mondiales, 23 premières arabes, 27 premières africaines et 15 films écrits et réalisés par des femmes.
Le film « Ecrire sur la neige » du Palestinien Rashid Masharawi qui avait assuré l’ouverture filmique avait ému et séduit le public.

« Cette édition se veut exceptionnelle à plus d’un titre. C’est un festival qui respire d’un souffle militant en parfaite harmonie avec ses principes fondamentaux et qui s’abreuve de nos causes à l’aube du troisième millénaire » avait confié le chef de file des JCC Nejib Ayed.

Une édition menée par un connaisseur du cinéma passionné et passionnant. Le cœur de la capitale parée de ses plus habits et lumières sera sans aucun doute à la hauteur de l’ événement. A priori, pari bien réussi cette fois ci !
Nadia Ayadi

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.