Parmi les axes les plus marquants de ce lundi 13 aout où la femme est fêtée, le projet du COLIBE aimé ou mal aimé , est sous les projecteurs. Parmi également ses points forts, le sujet de l’égalité de l’héritage entre hommes et femmes dans ce rapport élaboré par la Commission des libertés individuelles et de l’égalité présidé par Bochra Belhaj Hmida. A ce propos et lors du discours prononcé par le président de la République Béji Caid Essebsi, à l’occasion du 13 août, il avait affirmé qu’il n’avait pas de pouvoir décisionnel, et que ce point en question sera soumis au parlement sous forme d’un projet de loi. « On laissera le choix à l’héritière de renoncer au principe de l’égalité, si cette dernière a comme référence la religion (…) Je suis le Président de tous les tunisiens et ma volonté est de rassembler le peuple et non de le diviser ». avait affirmé BCE.
L’égalité de l’héritage, considéré comme la mesure phare du Rapport de la Colibe, un projet de loi éventuel qui devra par conséquent obtenir la majorité au Parlement.
Une évolution exceptionnelle dans le monde arabo musulman (à part la Turquie qui avait instauré l’égalité de l’héritage hommes/femmes depuis 1926).
« Il ne faut pas croire que ceci va à l’encontre de la religion. Notre constitution est celle d’un état civil… Cette égalité n’est pas une affaire religieuse mais concerne les hommes… Je compte sur l’intelligence des Tunisiens » avait encore confié BCE.
Mais Les Tunisiens sont aujourd’hui divisés entre conservateurs tenant à la Charia et républicains progressistes, modernes et éclairés. Ces derniers se retrouveront ce soir même dans une manifestation pour les libertés individuelles au cœur de l’avenue Habib Bourguiba… Bourguiba, cet homme qui a toujours prôné un islam éclairé et géniteur du Statut Personnel.

Nadia Ayadi

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.