Par fériel Berraies Guigny thérapeute

Durant mes multiples formations, on n’a eu de cesse de m’expliquer que c’est l’allongement de la vie qui fait que l’on finissait tous par des développer des pathologies cancéreuses. Plus on est vieux plus on a la chance de développer un cancer ? Oui et non !

Fait consternant, depuis 1970, le cancer des enfants et des adolescents ne cesse d’augmenter.
Un fait dramatique, car la hausse ne cesse d’augmenter et selon une étude faite en Grande Bretagne, le cancer a progressé de 40 % ces 16 dernières années – pour le seul cancer du côlon, l’augmentation est de 300 % chez les jeunes britanniques.

On peut aujourd’hui comparer le cancer à l’épidémie d’obésité qui touche les sociétés occidentales depuis 30 ans.
A qui la cause ? Les aliments industriels ou le junkfood, la sédentarité et notre mode « couch potatoe » ! Viennent ensuite les toxiques et les pesticides (tabac, pesticides, bisphénol A, parabène, PCB, dioxines, métaux lourds, ondes, etc.).

La Sénescence entre en jeu

L’organisme est plus vulnérable à toutes les maladies à 80 ans qu’à 20 ans.Mais la cause du cancer n’est jamais le seul « vieillissement ». Jamais notre corps ne fabriquera un cancer tout seul, sans raison, simplement parce qu’il se fait vieux.

Le cancer n’est pas une maladie génétique !

Le cancer n’est pas dans nos gènes même si certains gènes nous rendent plus ou moins vulnérables au cancer.
Mais heureusement, même dans des cas de figure extrême, la génétique n’est jamais une fatalité.
Mais il est vrai que pour nous les femmes, les conditions défavorables liées à notre environnement,
Car ce risque dramatique de 80 % a été calculé avec les femmes qui subissent de plein fouet les effets délétères de notre environnement « moderne ». Il faut donc éviter de fumer, boire de l’alcool, prendre du poids et avaler des hormones artificielles (TSH)… et ce, même si vous avez de mauvaises « gènes » !

L’impact des gènes « défavorables » est annulé par un mode de vie protecteur !

J’ai pris l’exemple du cancer du sein, mais tout ceci est vrai pour les autres cancers. La génétique ne peut pas expliquer pourquoi le cancer de la prostate est 25 fois plus élevé dans certains pays que dans d’autres. On a tous des cellules cancéreuses ou précancéreuses, à un moment où à un autre de notre vie.

C’est un fait : nous fabriquons tous des cellules potentiellement cancéreuses régulièrement… mais fort heureusement, notre organisme les détruit tout aussi régulièrement !
Il est même fréquent que des petites tumeurs soient tenues en respect par les défenses naturelles de notre organisme. Parfois, ces petites tumeurs finissent même par disparaître toutes seules !
Dépistage à faire c’est important! Voilà pourquoi le dépistage forcené et automatique des cancers est de plus en plus contesté : parmi les cancers diagnostiqués, de nombreuses tumeurs auraient disparu naturellement… ce qui aurait évité le stress de l’annonce et la toxicité des traitements.

La vraie question est comment aider notre organisme à détruire les cellules cancéreuses ou précancéreuses avant l’emballement de la maladie ? L’activité physique est primordiale, pour éviter le cancer et survivre à la maladie si vous l’attrapez, protégez vous de la récidive en soignant votre alimentation. Évitez la malbouffe.
Le sucre, sous toutes ses formes (sucre blanc, fructose, céréales du petit-déjeuner, confiseries, gâteaux, biscuits). C’est « l’aliment préféré du cancer.

Les produits laitiers contiennent des facteurs de croissance (IGF-1) qui stimulent la croissance des cellules cancéreuses (l’impact délétère est particulièrement prononcé dans le cas du cancer de la prostate) ;
Les aliments frits (croissants, frites, chips, etc.), qui génèrent des composés cancérigènes, en plus de ceux contenus dans les huiles raffinées (remplies d’oméga-6).

Les aliments cuits à température élevée : la puissance cancérigène d’une viande trop cuite est équivalente à celle de 800 à 1 000 cigarettes ! Il faut toujours privilégier les cuissons douces, à la vapeur de préférence, ou même manger cru, grâce aux marinades. Les produits chimiques : les pesticides, les additifs chimiques et les conservateurs de la nourriture industrielle (la charcuterie, notamment).

Si vous voulez éviter le cancer… et a fortiori si vous vous débattez contre un cancer déjà installé, vous ne devez pas consommer ces produits, ou alors le moins souvent possible.
Les aliments anti cancer sont aussi à privilégier :

1. Le curcuma

Le curcuma est utilisé dans les médecines traditionnelles depuis des millénaires. Mais ce n’est que depuis quelques années qu’on a découvert scientifiquement ses fabuleux pouvoirs anti-cancer.
C’est aujourd’hui établi : le curcuma est l’épice reine contre le cancer car elle a des effets :
Antioxydants – donc précieux pour limiter les effets du vieillissement ;
Anti-inflammatoires – ce qui réduit votre risque de contracter la plupart des maladies modernes (y compris Alzheimer) ; Antimutagènes, ce qui est particulièrement utile dans la prévention du cancer.

2. Les crucifères (brocolis, chou-fleur, choux frisé, kale, etc.)

Mangez des crucifères (choux) au moins trois fois par semaine ?
Ils sont bourrés de vitamines et minéraux utiles contre le cancer (vitamine K, sélénium, soufre, caroténoïdes).
Mais surtout, ils contiennent aussi d’autres substances précieuses, comme les « sulforaphanes » ou les « indol-3-carbinol », qui permettent d’inactiver certaines substances cancérigènes.
Cuisez-les toujours à la vapeur.

3. Les champignons (shiitake et pleurotes)

Comme le curcuma, certains champignons sont si puissants qu’ils peuvent être utilisés à la fois en prévention et en traitement du cancer, pour aider à guérir.
Le plus connu est sans doute le shiitake (lentin du chêne), qui stimule fortement le système immunitaire.
C’est sur les cancers digestifs (côlon, estomac) que son impact est le plus manifeste. Mais dans une petite étude révolutionnaire, le shiitake a aussi réussi à guérir 10 femmes atteintes du papillomavirus, donc ayant un risque de développer un cancer du col de l’utérus.
Le maïtake, surnommé « le roi des champignons » en Asie, est peut-être encore plus puissant, mais on le trouve plus difficilement sur les étals de nos marchés.
Les pleurotes, en revanche sont « bien de chez nous », et sont très intéressantes elles aussi ! Alors pensez bien à consommer régulièrement ce type de champignons, toujours cuits !

4. Les alliacés (ail et oignon)

Savez-vous ce qui va bien avec les champignons ? C’est l’ail, bien sûr !
L’ail est un autre miracle de la nature. Ce n’est pas pour rien que nos grands-mères en piquaient leurs gigots et rôtis : on sait aujourd’hui que ses vertus anti-cancer réduisent l’impact délétère des viandes grillées ! Quant à son cousin l’oignon, il n’est pas en reste. Comme l’ail, il est riche en composés soufrés (anticancéreux).
Mais il est également riche en quercétine, un antioxydant puissant qui vous protège des cellules cancéreuses à tous les stades de leur développement.

5. L’huile d’olive

Votre huile d’olive, choisissez-la extra vierge, et utilisez-là sans modération !
Une revue d’études récentes comprenant 13 800 patients a montré qu’une consommation élevée en huile d’olive était associée à une réduction de 59 % de tous les cancers !
La réduction du risque est de 45 % pour le cancer du sein et monte jusqu’à 64 % pour les cancers digestifs.
Attention simplement à ne pas la cuire au-delà de 180°. C’est simple : il ne faut jamais qu’elle soit en train de fumer !

6. La tomate

Message spécial à ces Messieurs : la tomate est très riche en lycopène, une petite molécule précieuse pour éviter le cancer de la prostate !
Attention, le lycopène se concentre dans la peau, donc mieux vaut choisir vos tomates bio.
Pour en avoir des quantités suffisantes, le mieux est de consommer régulièrement de la sauce tomate, si possible bio ou faite maison.

7. La grenade

La grenade ne se contente pas de protéger vos neurones contre Alzheimer, ou de réduire votre risque de mourir d’une crise cardiaque ou d’un AVC… [12]
Ce super-fruit semble aussi avoir des effets anti-cancer impressionnants, grâce à ses innombrables antioxydants.
De nombreuses études in vitro suggèrent même que la grenade pourrait empêcher la prolifération des cellules cancéreuses du sein, de la prostate, du côlon et du poumon.
Alors pensez bien à ajouter ce fruit à vos salades ou à vos desserts. Attention toutefois à ne pas exagérer sur le jus de grenade, même bio, car le sucre qu’il contient risque de contrecarrer ses vertus pour la santé.

8. Le gingembre


Impossible de ne pas citer le gingembre, même si c’est le cousin germain du curcuma. Lui aussi est hautement antioxydant et anti-inflammatoire, avec d’innombrables vertus pour la santé. Cependant, le gingembre semble avoir un rôle spécifique « anti-angiogenèse », ce qui veut dire qu’il empêche les tumeurs de faire de nouveaux vaisseaux et de se développer.
Personnellement, j’en consomme tous les jours, dans mon jus de légumes. Mon secret pour atténuer son goût piquant, c’est d’ajouter de l’avocat dans le jus : c’est délicieux !

9. Les baies rouges et noires


Les baies rouges et noires (fraises, framboises, mûres, myrtilles et airelles) sont des concentrés d’antioxydants merveilleux pour la santé.
Les « anthocyanes » qu’ils contiennent vont même jusqu’à faciliter la mort des cellules cancéreuses – voilà pourquoi il ne faut pas les négliger si vous avez un cancer déclaré.
Attention toutefois : les baies rouges non bio font partie des fruits qui concentrent le plus de pesticides. Je sais que c’est plus cher, mais ces fruits-là, il faut vraiment les manger bio.

10. Certains agrumes

Le citron et la peau des oranges amères concentrent des « bioflavanoïdes » aux propriétés anticancéreuses intéressantes. N’hésitez donc pas à utiliser des zestes de citron ou d’orange amère dans vos plats, comme on le trouve dans de nombreuses recettes orientales.
Là encore, il faut choisir du bio, car le citron fait aussi partie des aliments qui concentrent les pesticides.

11. Le thé vert

Je finis cette liste par un grand classique : le thé vert. Figurez-vous qu’une seule une tasse apporte autant d’antioxydants qu’une assiette de légumes ! Le thé vert est bourré de polyphénols intéressants, et en particulier celui qui s’appelle « épigallocatéchine-3-gallate », communément appelé EGCG.
Le thé noir est utile aussi, mais ses antioxydants sont moins biodisponibles (cela veut dire qu’ils sont moins bien assimilés par l’organisme).
Bien sûr, il ne faut mettre ni lait ni sucre dans votre thé. Et il faut toujours le choisir de bonne qualité et bio, sans quoi vous risquez de cumulez métaux lourds et pesticides !

Et puis quoi encore ?

J’aurais aussi pu vous parler du café et du vin rouge, qui ont chacun des effets anti-cancer avérés.
Mais je ne voudrais pas encourager ceux qui n’en boivent pas à s’y mettre, car ces breuvages peuvent avoir des effets ambigus. Consommés au bon moment et en quantité raisonnable, ils sont globalement excellents pour la santé… Mais ils ont aussi des effets spécifiques qui ne conviennent pas à certains.
Le café est acidifiant et peut troubler le sommeil ; le vin met le foie à rude épreuve et peut interférer avec certaines hormones.
Le chocolat noir, riche en polyphénol, est également très intéressant… mais saurez-vous vous contenter de ceux qui contiennent au moins 85 % de cacao (les autres contiennent trop de sucre) ?

Je n’ai pas non plus parlé des omega-3, qu’il ne faut surtout pas négliger dans une alimentation optimale (on les trouve notamment dans l’huile de colza, les œufs de poule nourris aux graines de lin, et les anchois).
Le plus important, au fond, c’est de bien comprendre qu’aucun de ces aliments ne sera vraiment efficace tout seul.
Alors ces 11 aliments santé, il faut les associer entre eux et les intégrer aussi régulièrement que possible à vos plats quotidiens !
Vous verrez! Non seulement vous éloignerez le cancer… mais vous obtiendrez des résultats stupéfiants sur votre forme, votre énergie et votre humeur au quotidien !

Fériel Berraies est Sophrologue certifiée RNCP spécialisée en Entreprise
Membre de la Chambre Syndicale de Sophrologie
Membre de la Chambre Syndicale des métiers de la Naturopathie
Hypnothérapeute, en formation en Naturopathie
Prix Sanitas de l’innovation santé en Tunisie et Prix UFA 2015 à Bruxelles. Pour en savoir plus, vous pouvez la contacter sur son site : www.feriel-berraies-thérapeute.com
fbsophro@gmail.com

Après les succès de ses ateliers Sophrologie et Entreprise pour le compte de l’IIFE au Four Season Gammarth, Feriel reviendra cet été pour faire des ateliers entre Hammamet et Tabarka en Tunisie

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.