Une star planétaire est venue illuminer le ciel tunisien très assombri dernièrement par des événements très douloureux. Il s’agit de la présence de la grande actrice italienne Monica Bellucci pour le tournage d’un film qui fera date. « L’homme qui a vendu sa peau » de la réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania est presque en boite pour une sortie programmée en 2020. Derrière ce travail, un homme qui n’a jamais hésité à apporter son soutien à la promotion de la culture et du patrimoine contribuant ainsi au rayonnement de son pays d’adoption. Il s’agit bien de Guillaume Rambourg qui vient d’accorder un entretien exclusif à notre confrère Enbref.tn . Subjectivement, nous avons choisi les passages dans lesquels il rend hommage au rôle de la femme dans cet âge doré du cinéma tunisien.

« Les femmes cinéastes tunisiennes font preuve de pléthore de talents et d’idées. Peut-être assistons-nous à l’émergence d’une génération dorée du cinéma tunisien ? Peut-être, un peu à la manière de la Movida en Espagne qui a suivi l’ère franquiste, est-ce la Thawra 14 qui a libéré un élan créateur exacerbé ? ». Evoquant le film en question et comment a-t-il été embarqué dans cette aventure en tant que producteur, il confie qu’il avait rencontré Kaouther El Hani la réalisatrice par l’intermédiaire de sa femme. « Ils m’ont parlé du film et j’ai voulu en savoir davantage. J’ai eu un véritable coup de foudre à la lecture du script. Quelques semaines plus tard, un vol pour New York, je tombe par hasard sur “La Belle et la Meute”, film que Kaouther avait présenté à Cannes en 2017 dans la catégorie Un Autre Regard.

A l’atterrissage à JFK, je confirmais par WhatsApp mon investissement dans le film !… » La participation de Monica Bellucci en a été encore plus l’accélérateur.
« L’implication de l’actrice constituait la cerise sur le gâteau, un bonus de notoriété internationale. ».
La présence en Tunisie d’une star internationale de cette envergure, marquera sans aucun doute l’histoire du cinéma dans notre pays. L’actrice restera encore plus proche des cœurs des Tunisiens.

Nadia Ayadi

Articles similaires