La Tunisie est le deuxième pays le plus meurtrier de la région du Maghreb. Les accidents de la circulation représentent aujourd’hui la cinquième cause de décès dans le pays. Dans ce contexte, la Chambre de commerce tuniso-suédoise et l’ambassade de Suède en Tunisie ont organisé une conférence-débat ayant pour thème ‘’Sécurité routière
Vision zéro » est une stratégie de sécurité routière qui a émergé en Suède à la fin des années 1990. Elle se résume à une idée porteuse : aucun décès ni blessé grave sur le réseau routier n’est acceptable. Le cœur de cette approche est donc d’éliminer à la source les collisions routières mortelles et les blessures graves grâce à une vision globale incluant l’ingénierie, l’engagement citoyen, la surveillance, l’évaluation et l’éducation.

Ce principe adopté par de nombreux pays et encore plus de villes démontrent qu’il est possible d’améliorer le bilan de la route en changeant notre vision du système routier. Un principe au cœur de la vision est que la vie et la santé ne sont pas échangeables contre d’autres avantages à l’intérieur d’une société.

Auparavant, Mehdi Kattou, modérateur de l’événement, n’a eu de cesse d’identifier une convergence de vues entre les différents responsables qui sont intervenus, étant donné la complexité du débat.
Il faut mettre l’accent sur une plaie béante pour une prise de conscience collective afin d’interpeller les décideurs dans ce pays, il faut un catalyseur avec des objectifs communs, une optimisation des ressources actuelles pour une vision globale et une stratégie nationale de sécurité routière a-t-il ajouté.

La mort sur la route n’est pas une fatalité. De nombreux pays ont amélioré la situation en matière de sécurité routière. Il faut s’inspirer des expériences des autres, notamment l’expérience suédoise. La mort d’un homme est une tragédie, celle d’un million d’hommes est une statistique, une citation de Staline qu’il l’a repris pour donner la parole à M. Aziz Zouhir, président de la chambre de commerce tuniso-suédoise qui a focalisé son allocution sur le nombre qui ne cesse d’augmenter des morts causés par les accidents de la route en Tunisie (environ mille morts et cinq mille blessés chaque année).

Anna Block Mazoyer, ambassadeur de Suède en Tunisie a relaté l’expérience de la ‘’vision zéro’’ accident qui a eu des résultats concrets et réels et qui a transformé les modes de penser, et dont elle veut transmettre l’expérience et partager les possibilités : Il ne s’agit pas d’actions complexes, ni coûteuses, a-t-elle mentionné. L’objectif est de rapprocher les deux pays et de faire bénéficier la Tunisie de l‘expertise suédoise.
D’ailleurs Stockholm sera le lieu de la 3ᵉ Conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière, adopté par une résolution de l’assemblée générale des Nations Unies les 19 et 20 février 2020.

La route, ça se partage…

Hassen Zargouni, CEO Sigma Conseil a présenté des chiffres du parc automobile en Tunisie (2.2 millions de véhicules qui circulent dans un pays sous-équipé en routes), ainsi que le nombre des morts (1205) et blessés (8876) causés par les accidents de la route (5884) de l’année 2018.

Ruggero Ceci,Swedish Transport Administration a présenté ‘’La vision Zéro ou comment sauver des vies en mettant en place un système sûr’’ , soulignant que chaque année 1,2 million de personnes meurent dans des accidents de la route à travers le monde et environ 50 millions de personnes blessés ou subissant des traumatismes non mortels, et ce selon le rapport de situation sur la sécurité routière dans le monde. Le facteur humain apparaît dans plus de 93% des accidents de la route corporels contre 34% relatif au facteur environnement.

Le deuxième expert suédois Monsieur Marcus Rothoff, Autonomous Driving Program Director at Volvo Cars a présenté ‘’la sécurité, un concept évolutif : Histoire, présent et avenir de la sécurité routière – Exemple de Volvo’’,
Avec la sécurité pour priorité, Volvo vise un objectif impressionnant : zéro décès ou accident grave dans ses nouvelles voitures d’ici la fin de la décennie, un résultat que la conduite autonome peut lui permettre d’atteindre.

Volvo Cars passe ainsi à la vitesse supérieure en lançant l’initiative E.V.A (Equal Vehicle for All).
La nouvelle Volvo XC40 décrochent 5 étoiles Euro NCAP (European New Car Assessment Program) Euro NCAP, en français : Programme européen d’évaluation des nouveaux véhicules, est un organisme international indépendant qui a pour fonction principale d’effectuer des crash tests afin de tester les capacités dans le domaine de la sécurité passive des véhicules, notamment automobiles.

Sécurité routière : tous responsables

Ensuite, des approches, des analogies, des outils de créativité permettant d’imaginer de nouvelles idées, une sorte de benchmarking et une démarche de développement comparée qui consiste à s’inspirer des meilleures pratiques dans le domaine de la sécurité routière ont été présentés avec la présence de Mme Sarra Ben Rejeb, ancien secrétaire d’Etat auprès du ministre du Transport et M. Hichem Ben Ahmed, député et ex-ministre du Transport. Ils ont couronné les débats en donnant la vision politique au sujet de la sécurité routière avec les obstacles qui entravent l’amélioration de la situation à l’échelle nationale.

Mme Ben Rejeb a appelé à la révision du Code la route puisqu’il n’est plus adapté aux besoins actuels, soulignant que le dossier de la sécurité routière était éparpillé entre les différents ministères, ce qui constituait un problème. La création d’un comité supérieur de sécurité routière indépendant sous la tutelle de la présidence du gouvernement, à cet égard est bénéfique.

Certes, la société civile et les associations dans ce domaine ont joué un rôle important ; cependant tout le système de la sécurité routière en Tunisie doit être révisé afin de mettre en place une stratégie nationale claire, en coordination avec toutes les parties concernées (ministères de l’intérieur, du transport, de l’équipement, de la santé ; organisations de la société civile, associations, médias…), dans un seul objectif, celui de réduire le nombre des victimes des accidents de la route en Tunisie.

Samia Rebei

Articles similaires