L’organisation du 23ème congrès de l’UGTT était, à tous points de vue, irréprochable assurée par un important dispositif sécuritaire. L’ouverture  officielle, ce matin, s’est déroulée dans les meilleures conditions et en fanfare en présence de près de 7000 syndicalistes, de représentants d’organisations nationales, et de syndicats étrangers.
Le coup d’envoi a été donné par un Houcine Abassi  visiblement très ému et en larmes. Le secrétaire général sortant a rappelé tout ce que la centrale syndicale a entrepris et le rôle qu’elle a joué par l’UGTT durant les cinq dernières années, soulignant que « ce congrès sera un moment historique qui permettra de poursuivre la dure mission de la centrale syndicale dans l’accompagnement du processus de la transition démocratique ».

L’UGTT, acteur de la transition démocratique
Houcine Abassi  reviendra sur ce qu’il a qualifié de « campagne de dénigrement, subie par l’UGTT après la Révolution« . Dans ce sens, il a rappelé les agressions des ligues de protection de la Révolution, les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi ainsi que le blocage de l’Assemblée Nationale Constituante. Tant d’événements qui, selon Abassi, ont conduit à la création du Quartet, qui a réussi à mettre en place la feuille de route vers les élections de 2014. « Ceci nous a valu le prix Nobel de la paix, qui demeure l’une de nos plus grandes fiertés« , a-t-il déclaré.
Houcine Abassi a appelé à la lutte contre la contrebande et la corruption et à la réforme de l’enseignement, de la formation professionnelle et de la recherche scientifique.
Il a, à la fin, fermement dénoncé le retour des terroristes tunisiens des foyers de tension. « Il faut combattre le terrorisme et éliminer les foyers de tension. Malgré les avancées, les menaces persistent« , a souligné Houcine Abassi. Et d’ajouter : « Certaines parties veulent porter atteinte à notre organisation, en visant notre union afin de nous affaiblir. Nous devons rester solidaires« .
Signalons, par ailleurs, qu’Abid Briki, ministre de la Fonction Publique, et Mohamed Salah Arfaoui, ministre de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, ont pris part à la cérémonie d’ouverture, en leur qualité de syndicalistes. Ons Hattab, dirigeante au sein de Nidaa Tounes, est également présente.
Nombreux sont les slogans scandés par les participants à ce grand événement de la centrale syndicales : « ni Ennahdha, ni Nidaa, la gloire est aux martyrs« , ou encore « Ennahdha et Nidaa, ennemis des martyrs« . D’autres ont été clamés haut et fort pour condamner la normalisation avec Israël.

realites.com.tn