Le procureur de la République près le tribunal de première instance de sfax2 a ordonné l’ouverture d’une enquête sur les circonstances du décès d’un homme lors d’une garde à vue au poste de la garde nationale de Thyna à Sfax.

Selon son frère, le défunt a été « victime de violence et de torture subies lors de son interpellation ». Il a affirmé l’existence de traces de violence et de torture sur la dépouille alors que le rapport du médecin légiste au CHU Habib Bourguiba à Sfax souligne que le mort résulte d’une hémorragie.

Il s’est dit étonné des raisons d’informer sa famille le 30 juin 2017 alors que des agents à l’hôpital lui ont confirmé que son frère est décédé deux jours avant (28 juin).

Le disparu a été arrêté le 26 juin dernier et placé en garde à vue au poste de la garde nationale de Thyna pour une affaire de pension non payée à son ex-épouse, a-t-il rappelé.

La même source a ajouté avoir été contactée le 28 juin par un agent du poste de la garde nationale lui informant que son frère, diabétique, est dans un état de santé grave et demandant de lui apporter des médicaments. Elle a été recontactée le 30 juin 2017 pour lui annoncer le décès de son frère, selon ses dires.

L’avocat de la famille du défunt a fait savoir qu’une plainte sera déposée avec des preuves et des témoignages à l’appui.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.