Le 16 mai 2019, Le public de la cité de la culture, comme Ulysse a fait durant la soirée un beau voyage. Un voyage musical au cœur des Années Folles tunisiennes ! Un dépoussiérage de cette période fantastique des années 30.
Nous avons été immergés dans cette époque captivante de la prohibition, exaltés par les splendides tableaux. Le public a été surpris et enthousiasmés par ce spectacle moderne, dynamique, coloré, enivrant, qui a ravi même certains étrangers.

L’ambassadeur de France présent avait confié admiratif :« Une de ces soirées dont on se réveille le lendemain matin « meilleur »: de bonne humeur d’abord parce que ce spectacle de la bohème de la Médina est joyeux, enchanté… ensuite parce que les figures des cantatrices Habiba Msika, Fathia Khairi, Chefia Rochdi et Hassiba Rochdi sont fascinantes…comme celles de leurs compagnons graphomannes ou bohémiens!
Un très grand bravo aux artistes de cette formidable comédie musicale et à son inspirateur, le fils d’Halfaouine, Sofiane Ben Farhat… »

Les année folles, la belle époque où Tunis découvre le plaisir de s’amuser en retrouvant un intérêt pour la culture. Les années 20 et 30 deviennent les années folles, tel un bouillonnement et une effervescence.
Une invitation au voyage où, tout n’est que beauté, luxe et volupté. L’avant-première de la Comédie musicale
« Les Années folles » traduit en arabe « Soldats de nuit » de Soufiane Ben Farhat, sont nées par un chemin d’écriture « pavés de féconds délires, dont seuls les créateurs se délectent… André Gide le disait si bien : Il n’y a de belles choses que celles que la folie dicte et que la raison écrit…. » Avait confié le célèbre journaliste.

Quatre divas tunisiennes ont été selectionnées: Habiba Mesika, Fathia Khairi, Shefia et Hassiba Rochdi. Elles avaient pour compagnons des journalistes, des poètes et paroliers qui constitueaient les véritables piliers de ce mouvement. ¨Parmi eux, les illustres: Abderrazak Karabaka, Abdelaziz El Aroui, Ali Douaji, Hédi Laabidi, Mahmoud Bourguiba, Jaleleddine Naccache, Mustapha Kheraief et Jameleddine Bousnina.

Sur scènes, l’ambiance s’enveloppe d’un coup de chansons d’amour et de séduction. Une fraiche promenade haute en couleur dans les différents cafés-chantants ou espaces festifs. Les merveilleux costumes conçus et réalisés par l’artiste Siwar Ben Cheikh on eu encore plus de magie par les éclairages multiples.

Soufiane Ben Farhat a frappé fort en choisissant une costumière qui baigne déjà dans le patrimoine du pays avec passion. La chorégraphie et les costumes ont été étudiés et travaillés dès le début de l’écriture de la comédie musicale. Rien n’a été laissé au hasard et le résultat est bien là. Au lendemain de ce spectacle, une autre consécration attendait Siwar Ben Cheikh, elle fut nommée présidente du Conseil international des femmes entrepreneurs Tunis Médina. Quelle belle coïncidence!

N.A

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.