Le jeune Mahmoud Drissa est né en 2011 et à peine cinq ans en 2016, il se battait déjà contre une grave maladie qui rongeait son frêle petit corps. Dans les lugubres couloirs des hôpitaux, il vivait dans des rêves pour tenter d’alléger quelque peu la réalité de son quotidien. L’un de ses rêves qu’il caressait était celui de rencontrer le chef de l’Etat. Il confia son rêve impossible à ses parents. Ces derniers avaient entendus parler d’une association qui réalisait les rêves d’enfants malades. Ils se sont alors adressés à Boutheina El Melki, présidente de l’association Omnyati qui aide les enfants malades à réaliser leurs rêves. L’association Omnyati a rencontré le petit Mahmoud dans le jardin de l’hôpital d’enfants Bab saadoun. Boutheina est émue et fera tout pour réaliser son rêve. Elle a pu organiser un rendez-vous avec BCE.

Elle avait pris contact avec le personnel de la présidence de Carthage. Elle a tout de suite reçu une réponse positive. Le petit Mahmoud a vu la concrétisation de son rêve : le président Béji Caid Essebsi l’a rencontré dans son salon et ensuite dans son bureau. Mahamoud était accompagné avec quelques enfants malades qui rêvaient de visiter le palais de Carthage.

Au cours de leur conversation émouvante, BCE s’est enquis de l’état de santé du petit et lui a expliqué en quoi consistait sa tâche de président. Mahmoud avait réalisé son rêve en s’installant sur le fauteuil du Président! « Voilà tu es président aujourd’hui ! ».

Le petit Mahmoud était aux anges, il venait de commencer son lourd traitement. Il avait oublié son calvaire en étant plutôt émerveillé par le président . Il parlait de lui comme s’il parlait d’un ami sans évoquer la différence d’âge. Mahmoud avait comme si retrouvé la force pour combattre la maladie « pour pouvoir devenir président plus tard. » affirme sa maman.

Aujourd’hui, la maladie est derrière lui. Les moments passés auprès du président sont gravés à jamais dans sa mémoire.Mahmoud de par sa journée de président connaît aux moindres détails du fabuleux président partie trop vite et qu’il appelle Bajbouj. Il est très affecté par sa mort lui qui a traversé les couloirs obscurs de l’hôpital et qui avait vécu la mort de ses petits camarades admis à ses côtés.

Mais un président doit être fort et il se sent solide car il est toujours président et de comporte comme tel. Tous les rêves sont permis. Un jour ce sera peut être le rêve de Mahmoud se transformera sans doute en réalité
Aujourd’hui il a 8 ans et demi et c’est un excellent élève. Il affirme toujours qu’un jour il sera président et qu’il fera beaucoup pour le pays comme Bajbouj et qu’on aura un pays sans voleurs avait-il affirmé tout triste d’avoir perdu un bon président.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.