Dans le cadre de son initiative mondiale « Let’s Color », le Leader mondial des peintures et revêtements, producteur de peintures Astral en Tunisie, a signé un accord avec SOS Villages d’Enfants Tunisie.
Lors de cet événement, nous avons remarqué la présence du parrain de la marque à savoir Hichem Rostom. Ce partenariat vise à lutter contre le chômage des jeunes dans le pays par le biais d’une série de programmes d’éducation et de réhabilitation axés sur l’assistance aux jeunes issus de milieux instables.

Astral Tunisie avait lancé une campagne de communication nationale en septembre dernier pour encourager les Tunisiens à soutenir SOS Villages d’Enfants. Cette action avait été réalisée par le biais de collecte de fonds avec ce slogan généreux « Coloriez l’avenir des enfants avec 1 dinar ». En effet, sur chaque pot de peinture Astral vendu, 1 dinar était reversé à SOS Village d’Enfants Tunisie. Lors de la cérémonie, un chèque de 50 000 DT a été remis par Astral Tunisie à l’Association Tunisienne des villages d’enfants SOS.

« En tant que marque, nous croyons au pouvoir de la peinture pour rendre la vie plus joyeuse. En fait, grâce à des programmes tels que Let’s Color que nous avons lancé en 2009, nous avons été en mesure de rénover plus de 15 établissements d’enseignement dans tout le pays, et de permettre ainsi à des milliers d’écoliers de profiter de conditions d’éducation plus favorables. Au-delà de la donation, notre partenariat avec SOS Villages d’Enfants inclut deux autres facettes : la réhabilitation du Village de Gammarth ainsi que la formation de jeunes adolescents aux métiers de peinture. Nous sommes fermement convaincus que le fait de donner aux jeunes des compétences pratiques augmente leurs chances de devenir entrepreneurs et de mieux réussir leur vie professionnelle… » avait confié Houcem Ben Nasr, Directeur Général Adjoint de Astral.

Il est à noter que les SOS Villages d’Enfants, la plus importante ONG ciblant le soutien des enfants, (fondé en 1949, implanté dans 134 pays et territoires, employant plus de 37 000 personnes) s’occupent d’enfants qui ont été retirés à leurs parents, ou qui risquent de l’être pour les aider à se préparer au marché du travail et mener une vie indépendante.

Articles similaires