La révolution est en elle-même un théâtre, qui a donné lieu à des œuvres et créations multiples. Le théâtre grâce à une femme et une comédienne en majuscule n’est pas non plus en reste. Le public devient avec elle, lui aussi un acteur direct de son histoire ou, du moins, pour vivre une expérience théâtrale avec la passionnante Leila Chebbi, qui plonge au cœur de la parole ironique.

Une nouvelle création, très attendue, qui n’est pas tant un spectacle sur la post révolution tunisienne qu’une pièce qui, à partir d’elle, interroge et met en jeu exquis de manière on ne peut plus concrète et vivante la construction conflictuelle à l’aube d’une culture démocratique.

« Tarchika 2 » est ce One Woman Show burlesque porté sur scène par la grande comédienne tunisienne. Elle joue le rôle de ‘’Dalenda’’ qui se confie à son psychiatre. La patiente souffre de schizophrénie. Une pathologie attrapée durant la période postrévolutionnaire. Leila Chebbi excelle lorsqu’elle incarne tenez vous bien 57 différents personnage.

S’il en est ainsi, c’est parce que Leila Chebbe réalise une prouesse en accomplissant un fabuleux travail pour incarner ces dizaines de personnages remarquablement vivants et crédibles, passant d’une figure à l’autre.
La comédienne nous livre ses ressentis et ses expériences avec beaucoup d’humour.

On a toutes et tous, à un moment de notre vie, été confronté.e à une désillusion post révolutionnaire et promis que l’on ne nous y reprendrait plus… avant de changer d’avis et retomber dans la même histoire.
L’approche participative de la comédienne et de la pièce font entrer le public dans un étrange jeu scénique.
Ce merveilleux seule-en-scène permettra à tout un chacun de s’y reconnaitre soi-même. On s’en moque, on le tourne en dérision, on l’apprécie, on en est bouleversés.

A ne pas rater au Pôle Théâtre et Arts Scéniques du Théâtre de l’Opéra à la cité de la Culture Jeudi 13 février 2020 à 17 h.

Nadia Ayadi

Articles similaires