Lotfi El Bahri, l’un des pionniers du journalisme culturel et figure emblématique de l’âge d’or de télévision tunisienne avait connu les plus grands artistes nationaux et internationaux. Guy Bedos qui vient de nous quitter était l’un d’eux. Il était devenu même un ami et c’est avec beaucoup de nostalgie, de tristesse qu’il confie cet émouvant témoignage.

« Guy Bedos… mon ami…un jour, en 2013, tu décides de quitter la scène, et te voilà murmurer : « J’ai un mal fou à vous quitter… »… et moi donc ? ton petit tunisien ?

« Mon petit tunisien », c’est ainsi qu’il te plaisait de me nommer. J’ai eu l’honneur, le plaisir, la joie de t’interviewer trois fois entre Tunis, Paris et Alger. Je t’accompagnais lors de ton dernier voyage à Alger. Un périple ô combien significatif à tes yeux. A ta manière, tu as rendu hommage à l’artiste Warda, notre Warda.

Je me souviens… et à ta demande, j’avais organisé une rencontre entre vous deux. Deux monstres sacrés ensemble ! On avait dîné à Paris dans un petit resto à l’avenue Wagram en face du théâtre de l’Empire, fief légendaire de notre ami commun Jacques Martin. Une semaine auparavant Warda fut la guest star de Frédéric Mittérand mon ami de toujours dans son émission « les nuits du Ramadhan». J’ai eu le bonheur de la co-animer sur Antenne 2 de l’époque.

Lors du dîner tu avais demandé à Warda la bande annonce du duo avec Georges Moustaki où ils avaient chanté ensemble « Les feuilles mortes» magistralement interprété. Warda souriante, rétorqua : « Mon cher Weld Bledi, c’est Lotfi qui le fera pour nous deux ! »

Eh oui mon Guy, ton petit tunisien l’a fait… maintenant que tu es parti, je te demande d’embrasser pour moi Warda, Moustaki, Jaques Martin et bien d’autres artistes. Je sais que vous êtes tous au Paradis… Vous m’avez tellement rendu heureux…
Merci, c’est grâce à vous tous que je suis ce que je suis aujourd’hui… »

Articles similaires