C’était avec grande émotion et tristesse qu’il venait d’apprendre le décès de son grand ami et véritable frère. Lui c’est Hakim Tounsi qui rendait hommage à Sayah M’Sadek, le Grand photographe parisien originaire de Zarzis, « mondialement connu, unanimement apprécié et respecté. Un très grand talent notamment du reportage en portrait des grands événements, des personnalités politiques et artistiques. Un talent immense doublé d’un cœur en or qui lui ont permis de côtoyer et de tutoyer des sommités mondiales composées de Présidents, de Reines, de Rois de princesses.

Il était reçu et retenu à séjourner chez ces sommités comme on retient tout simplement un ami de passage. De Jacques Chirac à Gilbert Trigano, la Reine de Jordanie en passant par une interminable liste de personnalités mondiales Sayeh Msadek tutoyait tout le monde avec une facilité déconcertante sans que cela ne sonne jamais faux. Il était dans son monde, au dessus de la mêlée. Rien ne l’impressionnait. Ses clichés sont de véritables tableaux, des œuvres artistiques à couper le souffle.

Il a, entre autre, longtemps couvert les rencontres de l’Élysée avec l’Afrique, le Moyen Orient et le Monde Arabe. Il a régulièrement travaillé pour l’UNESCO. Sa photothèque est un véritable trésor, un musée, une riche encyclopédie qui a immortalisé des moments exceptionnels de rencontres entre les personnalités de l’Orient et de l’Occident.
Il était le photographe reporter de la Tunisie et de toutes ses institutions en France. Tunisair, Ontt, Ambassade, Consulats…rien ne lui échappait. Il couvrait tous les événements, avec la même disponibilité, le même sourire et la même générosité. Il a vécu en France mais son cœur battait pour la Tunisie.
Repose en paix l’artiste même si la Tunisie n’a jamais su t’honorer et t’apprécier à ta juste valeur. J’espère de tout mon cœur que cette négligence te soit un jour rattrapée car tu mérites tout le respect et tous les honneurs. Je sais que ton amitié avec le grand Yasser Arafat était importante à tes yeux, lui qui t’appréciait tant et qui te recevait chez lui des journées entières. Paix à vos âmes… » Concluait Hakim Tounsi qui ne s’est pas empêché d’avoir un coup de gueule envers une frustration qui était la goutte qui avait débordé d’un vase trop plein envers les Tunisiens de l’étranger. Un billet d’humeur intitulé « Tunisie où vas tu ? »

« Nous déplorons une grande injustice avec l’indifférence flagrante de la Tunisie envers ses enfants résidents à l’Etranger. Voilà maintenant près d’un an et toujours même pas d’ambassadeur ni de consul général à Paris.
Plus de 500 tunisiens décédés rien qu’en France par le Covid-19 et aucun hommage, aucun geste de la part des autorités tunisiennes à ce jour muettes alors que ce chiffre représente 10 fois les décès du Corona en Tunisie. Une énorme catastrophe qui aurait mérité qu’on entende un hommage, un mot de compassion de la part du Président de la Republique en personne pour saluer la mémoire de ces soldats de l’ombre au service de la Tunisie.

Depuis des années et plus précisément 2011, la Tunisie ne fête plus rien à l’Etranger et n’honore plus personne de ses enfants TRE. Pour exemple et concernant le tourisme, la traditionnelle cérémonie des Jasmins d’Or, un grand moment pour remercier toutes celles et ceux tunisiens ou étrangers qui ont contribué à promouvoir la Tunisie n’a plus eu lieu en France depuis 2011. Comme si la reconnaissance n’existait plus dans nos traditions et nos valeurs.
Un grand journaliste photographe reporter vient de rendre sa révérence à Paris après une carrière exceptionnelle risque de partir dans l’anonymat et sans les hommages qu’il mérite. Sayeh Msadek, né à Zarzis le 11 juillet 1950 a été toute sa vie un porte drapeau de la Tunisie, du Maghreb et du Monde Arabe. Un Artiste de grand talent de l’étoffe de feu Bechir Mannoubi, un de ses innombrables grands amis, qu’il est parti rejoindre dans un monde meilleur.

La Tunisie se doit de rendre hommage à Sayah Msadek lors de la levée de son corps à Paris ce lundi 17 août. Nous ne pouvons pas ne pas honorer nos talents, nos braves. C’est bien de soutenir les artistes vivants même quand ils ne font pas l’unanimité, mais nous nous devons surtout d’honorer celles et ceux d’entre nous qui ont fait l’unanimité au niveau international et qui ont forcé l’admiration, la reconnaissance et le respect des sommités mondiales artistes, présidents, reines, rois et princesses. Les Tunisiens Résidents à l’Etranger sont une partie de nous-mêmes et nous nous devons de les prendre en considération autant que ceux vivants sur le sol national.
Je lance un appel à celles et ceux qui le pourront d’être au RDV demain 17 août pour saluer avec les drapeaux tunisiens, la levée du corps de notre frère et ami, Sayah Msadek
à 09h30 au funérarium de Montreuil 93100 au 32 avenue Jean Moulin. Mes amis des consulats de Paris et de Pantin SVP, venez à titre personnel et privé si vous ne pourrez pas le faire à titre officiel, rendre hommage à un illustre tunisien aux qualités remarquables qui vient de nous quitter.

A toutes les femmes et hommes politiques, les artistes qu’il a servis faites ce que vous pouvez y compris par vos prières pour honorer la mémoire d’un brave qui vient de nous quitter.

Sayah mon frère tu as côtoyé les grands mais comme l’a dit à juste titre l’un de nos amis, c’est toi qui a toujours été le plus grand. Paix à ton âme. Repose en paix mon frère. Tu resteras dans nos mémoires pour toujours l’enfant su Sud, le bédouin comme tu aimais te faire appeler, le compatriote, l’ami de la Tunisie Plurielle qui avait indifféremment autant d’amis juifs, chrétiens que musulmans, le frère, le brave que nous avons tous connu, respecté et profondément aimé. Vive la Tunisie Plurielle, la Tunisie des braves.

Ce billet d’humeur poignant de l’auteur n’a pas laissé la Tunisie indifférente. En effet la Tunisie sera officiellement représentée aux Obsèques de feu Sayeh Msadek.

L’ appel de Hakim Tounsi a été entendu par les autorités tunisiennes « que je remercie grandement. Mille mercis aux braves de ce pays meurtri. Mille mercis à Samia Zouari qui a alerté ses collègues du Ministère des Affaires Étrangères dont Le secrétaire d’État au MAE. Vive la Tunisie Plurielle, digne et fière de ses enfants »

Articles similaires