POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Des infirmières françaises se protègent avec des soutiens-gorge

En ces temps de crise et de coronavirus, la débrouillardise se développe bien chez certains. Si le cœur devient lourd, les soutiens-gorge peuvent redresser la situation. En effet, dans une résidence privée de services pour personnes âgées à Agen, s’est retrouvé impuissante devant la pénurie de masques. « Comme nous sommes un établissement privé, nous ne sommes pas prioritaires pour les dotations d’Etat. Le problème, c’est que nous avons des intervenants extérieurs : des médecins et infirmières libéraux, avec beaucoup d’entrées et de sorties. Mais nous avons déjà réduit d’un tiers l’accès à la résidence. Les visites des familles sont aujourd’hui interdites », explique à regret Séverine Delbos-Renard, infirmière coordinatrice. C’est cette dernière qui a eu l’idée de fabriquer des masques avec les moyens du bord : « J’ai créé un groupe sur Messenger pour demander de l’aide à mes proches, mes collègues, des amies et des professionnels de santé qui nous ont rejoints. Nous avons fait passer le message pour collecter des soutiens-gorge ».

Des modèles spéciaux avec coques et mousses, et de préférence à destination des petites poitrines afin que le masque soit bien ajusté sur le nez et la bouche. « Mon mari est parti faire la tournée mardi matin avant le confinement, pour récupérer des poches déposées devant les domiciles. On s’est procuré une machine à coudre. J’ai lavé tous les soutiens-gorge et on s’est mis toutes ensemble, infirmières, attachée de direction et assistantes de vie aux familles, à la confection », confie encore Séverine.

En suivant un tutoriel sur internet, elles ont sectionné le soutien-gorge en deux, retiré les baleines. Une partie a été cousue avec les bretelles. Le second bonnet a été attaché avec des élastiques plats que l’équipe a pu également récupérer.

Les masques éphémères sont plutôt réussis. Des spécialistes recommandent le tissu 100 % polyester pour faire barrière au virus. Les soutiens-gorge recueillis sont en lycra par conséquent censés être hermétiques.