POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Feriel Garali, majeure et vaccinée

 

Le coup d’envoi de la campagne de vaccination a été enfin donnée dans une Tunisie minée par de graves crises sanitaires, économiques et politiques. Fériel Garali, médecin de la santé publique (active dans la société civile vu ses nombreuses actions en faveur des démunis surtout lors de cette crise sanitaire) et collaboratrice dans notre rubrique santé, a été parmi les premiers médecins à être vaccinée contre le nouveau Coronavirus

Comment se fait-il que vous soyez déjà vaccinée ? Pistonnée ?

Mais pas du tout !  Je me suis inscrite comme tout le monde. Alors que je ne m’y attendais pas, j’ai reçu un sms samedi dernier  me disant que mon rendez-vous  a été fixé le 14 mars à 9 h 30.

Parlez nous de cette fameuse journée du 14 mars 2021…

J’étais prête à 6 h du matin comme si c’était  le jour de l’aïd. J’arrive au centre sportif d’El Menzah, ponctuelle comme je l’ai toujours été. L’organisation est parfaite.

Comment avez-vous été prise en charge à votre arrivée ?

Il fallait avoir le sms reçu et la carte d’identité. A trois reprises,  j’ai dû les montrer. Pas de passe droit possible. La vaccination s’est bien passée. J’ai attendu 15 minutes sur place puis 15 minutes à la salle d’attente.

Des effets secondaires ?

Aucun effet secondaire pour le moment.

Comment expliquez vous votre priorité par rapport à d’autres ?

Je suis médecin. J’ ai plus de 50 ans et je suis sous immuno – suppresseurs pour une maladie auto – immune.

Quel a été votre ressenti après avoir été vaccinée ?

Soulagée !

Soulagée d’être immunisée ?

Il faut du temps pour l’immunisation. Les deux doses du vaccin sont administrées à un intervalle de 30 jours afin que l’immunisation soit pleinement efficace.

Vous n’avez eu vraiment aucune appréhension ?

Même si la médecine n’est pas une science exacte, Je ne crois qu’à la science !

Une fois rentrée chez vous, quelle a été la réaction de votre mari, de vos enfants ?

Mon mari qui voulait se faire vacciner depuis assez longtemps a été même un peu jaloux que le sois (rires). Mon fils comme beaucoup d’ados ne se sent pas du tout concerné par la Covid-19.  Il croit que seuls les vieux  en sont sévèrement atteints.

Dr Fériel Garali  a également rappelé que la lutte contre la Covid-19 n’est pas finie.  « La vaccination donne un nouvel élan dans le combat. Pour nous, les professionnels de la santé, cela a été  une grande bataille… Quand on est soignant, il est de notre responsabilité de se protéger soi-même pour éviter d’exposer ceux dont on prend soin, au risque d’un virus qui peut les percuter durement. »