POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

La tragédie des disparus et de leur famille

 

Kidnappées, déplacée, tuées, tombées au front… des centaines de milliers de personnes sont portées disparues dans le monde. Une tragédie qui touche des millions de personnes, mais qui reste largement méconnue et passée sous silence.

Souvent leurs proches demeurent de nombreuses années sans aucune nouvelle des êtres chers. En 1992,  les  Nations Unis avaient dans leur Assemblés générale adopté la déclaration sur la protection des personnes contre les disparitions forcées consolidée d’une convention s’y apportant en 2006.

Fondée sur le droit international humanitaire coutumier, la Convention stipule en toute clarté que « la disparition forcée de personnes ne constitue pas seulement une violation flagrante des droits humains, mais aussi un crime que les Etats parties doivent prévenir, poursuivre et punir.

La Journée internationale des personnes disparues, traditionnellement célébrée le 30 août, a été instituée à l’initiative de la Fédération sud-américaine des associations des familles de détenus et de personnes portées disparues. Cette journée commémorative attire l’attention de l’opinion internationale sur le sort de personnes qui ont disparu sans laisser de trace.

Les disparitions forcées ne frappent pas uniquement les personnes directement concernées, elles touchent aussi durement leurs familles.

Il est pour celles-ci extrêmement pesant de ne pas savoir où se trouve un être cher, s’il est encore en vie ou non. Les proches doivent en général composer seuls avec leur souffrance. En proie à l’anxiété, ils sont parfois victimes d’exclusion sociale. Ce type de situation entraîne d’autres problèmes existentiels. Lorsque la disparition concerne le chef de famille, celle-ci se retrouve sans revenu.

Les femmes souffrent de leur statut juridique peu clair: en tant que veuves, elles auraient droit à une pension et pourraient se remarier. De même, les droits de propriété ne peuvent être établis tant que le décès d’une personne disparue n’a pas été enregistré. Les femmes touchées par une disparition forcée sont aussi souvent victimes de violence sexuelle.

Enfin, il y a aussi l’impunité dont jouissent les auteurs de ces exactions: un grand nombre d’entre eux possèdent toujours assez d’influence et de pouvoir pour empêcher le jugement des crimes du passé.  Cette journée est aussi une occasion d’attirer l’attention du grand public en Tunisie sur cette tragédie où les personnes disparues se chiffrent par centaine.

Patrick Youssef, directeur du Comité international de la Croix-Rouge pour la région Afrique, confie qu’il souhaiterait «  inviter chacun d’entre vous à prendre un moment pour tenter d’imaginer l’inconcevable. Imaginer le tourment de personnes qui, des années ou des décennies durant, ignorent si des êtres chers sont morts ou vivants, s’ils sont en sécurité ou en danger, malades ou en bonne santé, ou s’ils parviennent à manger à leur faim.

Voilà ce qu’endurent au quotidien des dizaines de milliers de familles sur le continent africain. Les disparitions constituentindéniablement l’une des plus tragiques conséquences humanitaires à long terme des conflits armés, des situations de violence et de la migration.

La Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, sous l’égide de l’Union africaine, vient tout juste d’adopter une résolution novatrice sur les migrants disparus en Afrique, qui montre la voie à suivre aux États d’autres régions. À travers elle, les institutions africaines reconnaissent la nécessité d’une action à la hauteur de cette tragédie et se montrent prêtes à redoubler d’efforts pour éviter aux migrants de disparaître ou d’être séparés de leurs proches, tout en renforçant le soutien apporté à leur famille.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge recensent actuellement quelque 48 000 personnes portées disparues en Afrique. Un chiffre qui ne représente qu’une fraction du nombre réel de disparitions et de l’immense crise humanitaire à laquelle nous faisons face.

Les reportages sur l’impact humanitaire des conflits et dessituations de violence mettent souvent l’accent sur le nombre de personnes tuées ou déplacées. Les destructions visibles et les besoins matériels accaparent notre attention, reléguant au second plan la tragédie de ceux qui se retrouvent séparés des leurs. Pourtant, leur cauchemar continuelongtemps après que les armes se sont tues et que l’attention des médias s’est détournée.

Un nombre alarmant de migrants disparaissent chaque année, en Afrique comme dans les pays de destination, au cours des dangereux voyages qu’ils entreprennent en quête de sécurité ou de meilleures perspectives économiques. Durant leur périple, il n’est pas rare que des trafiquants leur infligent des traitements atroces. Le risque de perdre le contact avec leurs proches est réel. Bien souvent, les migrants ne les appellent pas parce qu’ils n’ont pas accès à un téléphone, qu’ils ont peur ou que le coût est trop élevé.

Quelles que soient les circonstances d’une disparition, l’impact sur les familles est désastreux. Comme si leur terrible douleur ne suffisait pas, elles doivent surmonter d’innombrables difficultés administratives, juridiques et économiques.

J’appelle les États à accorder toute leur attention à trois priorités humanitaires : éviter les disparitions, faciliter la recherche et l’identification des personnes qui disparaissent malgré tout et répondre aux besoins spécifiques de leur famille.

Le CICR reste déterminé à œuvrer en faveur dumaintien des liens familiaux malgré les déplacements et les migrations. De plus, il se tient prêt à fournir son expertise technique et juridique pour aider à élucider le sort des personnes disparues et à les retrouver, ainsi qu’à soutenir leur famille.