POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Une exposition qui a du chien!

De passage à Sidi Bousaid, et si vous avez envie de vous décrasser les yeux, n’hésitez pas à  faire un crochet par la galerie Saladin qui accueille l’expo photo de Kais Ben Farhat, « Une vie de chien ». Si vous l’aviez manquée, c’est l’occasion de vous rattraper avant le 24 janvier 2022. La photographie de Kais Ben Farhat face-à-face aux chiens errants. Plus de 30 photos tapissent à la perfection les murs, de la galerie Saladin.

En Tunisie, les  chiens prolifèrent et meurent dans les rues… Mais le plus décevant est que les cas de maltraitance et de torture dans notre pays restent impunis. Malgré ce constat alarmant, la protection animale tunisienne, les activistes et aujourd’hui les photographes ne fléchissent pas.  Kais Ben Farhat expose leurs états pour que la voix de ces animaux soit peut-être entendue.

Depuis des années la sensibilité de Kais Ben Farhat se souvient de chaque chien passé devant son objectif et qu’il a pris depuis 2017, l’habitude de photographier partout où il les rencontre. Des clichés d’animaux en errance ou souffrance, des images émouvantes où l’on ressent le rapport fort entre le photographe et ses compagnons d’un jour, d’un mois ou d’années.

Un slam pour les chiens abandonnés, libres et errants affirme Hatem Bourial dans un très beau texte affiché à l’entrée de la galerie Saladin. « Comment ne pas voir dans sa nouvelle collection de photos, un hymne à tous les toutous, clébards et roquets qui arpentent les villes et les campagnes sans niche fixe, ni autre boussole que leur instinct de survie.

Ces photos très épurées, tendres malgré la réalité brutale qu’elles saisissent, sont d’abord une interpellation de toutes nos consciences molles qui préfèrent toujours regarder ailleurs. Kais Ben Farhat nous invite à regarder une réalité palpable et sans apitoiement, à mesurer la volatilité de la cause animale…

Sans forcer le trait ou plus précisément les contrastes, Kais Ben Farhat rend simplement compte d’un pan du réel sans omettre d’en souligner la beauté à la fois cruelle et fugace. Car ces chiens sont porteurs d’une esthétique, représentés dans un contexte qui les sublime… Un tour de force artistique qui révèle un réel occulté et la dérive permanente des vies de chiens…

 

S’ils sont très présents dans la mosaïque antique, les chiens ne figurent que rarement dans les registres contemporains…  Mais, de nos jours, les chiens sont plus nombreux à courir à leur perte, sans abri ni maître, qu’à s’épanouir dans le monde des créateurs d’art… »

Un chien errant n’est jamais seul car il appartient toujours à quelqu’un qui le nourrit.