Par Lakhdar Souid

Depuis l’éclatement au grand jour de la sordide affaire du viol d’une fillette de trois ans à Om Larayes, gouvernorat de Gafsa, un tollé d’indignation et une vague houleuse de colère, de rage et de furie se sont abattus sur la population locale, toute la région a été massivement prise dans un tourbillon hélicoïdal d’incompréhension et de rejet. Le crime a été dénoncé à l’unisson, surtout que son auteur, n’est autre qu’un dangereux extrémiste « takfiriste », qui a bénéficié de l’amnistie générale financièrement dédommagé.
Rappelons qu’il s’agit d’un viol abominable et horrible, perpétré sur une fillette de par un diabolique prédateur, pédophile de 23 ans, marié et père d’un enfant. Le forfait scabreux eut lieu, courant du brouhaha des jours de l’aïd. Le violeur a réussi à maquiller son crime en accident de la circulation. La fillette avait été reçue à l’hôpital en tant que victime d’un accident de la route. Elle a été soignée dans ce même cadre. Mais avec les jours, la santé de la petite n’a cessé de se dégrader. Elle continuait à perdre du sang sans raisons apparente. Ses médecins traitants ont voulu en avoir le cœur net et la conscience tranquille, ils l’ont évacuée vers l’hôpital Fattouma Bourguiba à Monastir. Reçue dans les services pédiatriques, la victime a bénéficié d’un examen médical complet. A ce moment là, le pot aux roses fut découvert.
Le médecin légiste a diagnostiqué les séquelles d’un viol récent. Les instances hospitalières, ont immédiatement avisé le procureur de la république de Gafsa de la nature criminelle de l’affaire.
Ce dernier a à son tour lancé un mandat de dépôt contre le présumé coupable, qui a vite pris la poudre escampette, en prenant la direction de la frontière Tuniso-Algérienne. Il fut rapidement rejoint par les agents de la garde nationale, qui ont réussi à l’arrêter avant qu’il ne franchisse les frontières.
A son arrestation cette bête humaine a failli être lynchée par une foule furieuse en délire qui l’attendait de pied ferme.
le criminet été vite transféré au tribunal de Gafsa, d’où le ministère public avait délivré contre lui un mandat d’arrêt dans l’attente de son jugement.

Aux dernières nouvelles le diagnostic vital de la victime est désormais hors danger. Les parents encore en état de choc, ont ramenés leur fillette chez eux à Moularès…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.