Tout va pour le mieux pour la belle animatrice d’RTCI Mejda Ben Hussein. Sa valeur n’a pas attendu le nombre des années d’animation. Doucement mais sûrement, voilà qu’elle fait de nouveau parler d’elle pour la deuxième année consécutive en raflant encore une fois, la seconde place de meilleure animatrice radio.
Elle est sympathique, toujours de bonne humeur. Elle est comme cette tape amicale sur le dos de ses auditeurs et si proche d’eux. Sa voix calme et chaude, parle peu et bien, Une spontanéité approfondie de chaque émission.

Dans son émission « Jukebox », elle a su capter un maximum d’auditeurs nostalgiques ou pas. Faut dire que la sélection de sa play liste ne peut que plaire. Les auditeurs retrouvent un peu la belle époque de feue « Faika, où les auditeurs dédiaient leurs chansons préférées à ceux qu’ils aiment. Une musique et des chansons avec qui toute une génération a grandi et transmises aujourd’hui à la génération des jeunes et des moins jeunes.

Mejda Ben Hussein a su reconquérir cette place et divertir une audience acquise. Sa voix, son style, sa personnalité passent aussi bien, et séduisent. Quel que soit le genre de ses émissions, elle prépare tout dans les moindres détails, en accord avec ses responsables. Devant le micro elle cherche la formule magique qui va « scotcher » l’auditeur. Interview des invités, conseils coaching… programmation musicale, relance des auditeurs, elle sait donner du rythme pour capter l’attention jusqu’au bout.

Elle a un peu de Meryl Streep, la comédienne qu’elle « adore » et pour ceux qui la jalouse ou qui la blesse, elle adopte la même philosophie que la comédienne lorsqu’elle confie « …je suis arrivée à un point dans ma vie où je ne veux pas perdre plus de temps avec ce qui me blesse ou avec ce qui me déplaît. Je n’ai aucune patience pour le cynisme, la critique excessive… J’ai perdu la volonté de plaire à celui qui n’aime pas, d’aimer à celui qui ne m’aime pas et à sourire à celui qui ne veut pas me sourire. Je ne dédie plus une seule minute à celui qui ment ou à celui qui veut manipuler. J’ai décidé de ne plus vivre avec la prétention, l’hypocrisie, la malhonnêteté et l’éloge pas cher. Je n’arrive pas a tolérer l’érudition sélective et l’arrogance académique. Je n’ai pas à m’adapter plus avec le commérage. Je les comparaisons…. Je ne m’entends pas bien avec ceux qui ne savent pas donner un compliment et qui ne savent pas encourager… »

Le magazine Femmes et Réalités complimentera et encouragera toujours les tunisiennes brillantes qui le méritent ! Félicitations à notre collègue et amie Mejda Ben Hussein et nous lui disons que sans doute jamais deux sans trois?

Nadia Ayadi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.